Rakotomahefa Narison ML1*, Ratsimbazafy ABA2, Andriatahina T3, Raboanison T4, Robinson AL5

  1. Service de Pédiatrie, Centre Hospitalier Universitaire Joseph Raseta Befelatanana, Antananarivo, Madagascar
  2. Service de Pédiatrie Centre Hospitalier Universitaire Toamasina, Madagascar
  3. Service de pédiatrie, Centre Hôspitalier de Référence de District (CHRD) Moramanga, Madagascar
  4. Service de Néonatologie, Centre Hôspitalier Universitaire de Gynécologie obstétrique Befelatanana, Madagascar
  5. Centre Hospitalier Universitaire Mère Enfant Tsaralalàna, Madagascar

*Auteur correspondant : Rakotomahefa Narison ML
Email: mahefambola@yahoo.fr

RESUME

Introduction : Le syndrome d’alcoolisation foetale (SAF) est la forme la plus complète et la plus sévère de l’Ensemble des
Troubles Causés par l’Alcoolisation Foetale (ETCAF). Les objectifs de cette étude étaient de calculer l’incidence du SAF au
Centre Hospitalier Universitaire de Gynécologie Obstétrique de Befelatanana (CHUGOB) et de décrire les profils
sociodémographique et clinique de ce syndrome.

Méthodes : L’étude était descriptive et transversale sur 6 mois. Les cas étaient inclus de façon exhaustive s’ils présentaient
un retard de croissance (poids inférieur au 10ème percentile selon la courbe de N. Mamelle) et des éléments dysmorphiques
caractéristiques du SAF. La consommation d’alcool était recherchée au moyen d’un questionnaire alimentaire.

Résultats : Au total, 23 cas ont été inclus. Huit ont été classés SAF confirmés, 7 SAF suspects et 8 SAF douteux.
L’incidence du SAF confirmé était de 5,3 pour 1000 naissances vivantes. Toutes les mères qui ont déclaré avoir pris de
l’alcool sont de bas niveau de scolarisation et travaillaient dans les secteurs secondaires ou tertiaires. La majorité des mères
avait moins de 25 ans (75%). Dans la sous-population de SAF confirmé, l’hypotrophie était harmonieuse dans 37,5% des
cas, les signes de dysmorphie craniofaciale étaient présents chez 54,5% et les signes neurologiques chez 9,3%.

Conclusion : Une information du grand public sur le méfait de l’alcool pour le foetus, une formation spécialisée des
personnels soignants et une prise de conscience des autorités compétentes sont nécessaires.

Mots-clés : Alcool, grossesse, syndrome d’alcoolisation foetale

Télécharger le détail de la revue: Le syndrome d’alcoolisation fœtale à Antananarivo- incidence et profil.pdf

 

The fetal alcohol syndrome in Antananarivo: incidences and profiles

ABSTRACT

Introduction: The fetal alcohol syndrome (FAS) is the most complete and most severe form among the Whole Disorders
Caused by Fetal Alcohol Syndrome. The objectives of this study are to calculate the incidence of FAS at the Gynecoloty-
Obstetric Department, University Hospital Center of Befelatanana (CHUGOB) and to describe the socio-demographic and
clinical profile of this syndrome.

Methods: The study was descriptive and cross-section during 6 months. Cases were included exhaustively if they were
stunted (less than the 10th percentile on the N. Mamelle curve) and presented FAS typical dysmorphic elements. The alcohol
consumption research was conducted through a food questionnaire.

Results: In total, 23 cases were included. Eight were confirmed to have FAS, 7 were suspected FAS and 8 were uncertain
FAS. The incidence of the confirmed FAS was 5.3 per 1000 live births. All mothers who declared to have taken alcohol have
low educational level and work in the secondary or tertiary sectors. The majority of mothers were under 25 years old (75%).
In the confirmed FAS sub-population, hypotrophy was harmonious in 37.5% of the cases; the signs of craniofacial
dysmorphia were present in 54.48% and neurological signs in 9.3%.

Conclusion: It is necessary to provide an information to the general public on the side effects of alcohol for the fetus,
specialized training for the medical staffs and raising the awareness of the competent authorities.

Keywords: Alcohol, pregnancy, fetal alcohol syndrome

Download the magazine’s details : Le syndrome d’alcoolisation fœtale à Antananarivo- incidence et profil.pdf

Le syndrome d’alcoolisation foetale à Antananarivo: incidence et profil
Étiqueté avec :