Rakotondraibe WF1, Bemora JS2, Habib N3, Ramarokoto M1, Ratovondrainy W4, Rabesandratana N5 , Andrianarimanana D6, Andriamamonjy C2

  1. Service de Neurochirurgie, CHU PZAGA Androva Mahajanga Madagascar
  2. Service de Neurochirurgie, CHU JRA Antananarivo Madagascar
  3. Service d’Imagerie Médicale, CHU Mahavoky Sud Mahajanga Madagascar
  4. Service de Neurochirurgie, CENHOSOA Antananarivo Madagascar
  5. Service de Néonatologie, CHU PZAGA Androva Mahajanga Madagascar
  6. Service de Pédiatrie et Grand Enfant, CHU PZAGA Androva Mahajanga Madagascar

Auteur correspondant : Rakotondraibe Willy Francis

Email: wrakotondraibe@gmail.com

RESUME

Introduction: Une des principales particularités du traumatisme crânien chez l’enfant tient au fait qu’il survient sur un cerveau en cours de développement, dont les réactions au traumatisme crânien diffèrent de celles du cerveau de l’adulte. L’épidémiologie, la physiopathologie et donc la prise en charge de ces TC présentent ainsi certaines spécificités qui méritent d’être soulignées

Objectif: Préciser les caractéristiques épidémiocliniques des enfants traumatisés crâniens, et planifier leurs prises en charge.

Méthodes: Il s’agit d’une étude rétrospective, descriptive, monocentrique des enfants de 0 à 15 ans traumatisés crâniens, sur une période de 12 mois allant de juillet 2017 à juin 2018 au CHU PZAGA de Mahajanga.

Résultats: durant cette période, nous avons colligé 75 enfants traumatisés crâniens avec une moyenne d’âge de 6,3 ans avec un extrême de 1 mois à 15 ans, et un ratio de 1,5 en faveur du genre masculin. Les tranches d’âge de moins de 2 ans et de 5 à 10ans sont les plus affectées. Les AVP constituaient les principales causes (68%). Selon le score de Glasgow, 72 % étaient un traumatisme crânien léger. La mortalité était nulle parmi les traumatismes crâniens bénins, 1,3% parmi les modérés et de 2,7 % parmi les graves.

Conclusion: Le traumatisme crânien a la réputation d’être bénin, mais peut entrainer des décès et des séquelles graves devant un traumatisme crânien grave. Une éducation parentale sur la sécurité routière et domestique est primordiale en matière de prévention.

 

Mots clés : accident de la circulation, enfant, scanner cérébral, traumatisme crânien

Télécharger la revue: 13.TRAUMATISMES CRANIO-ENCEPHALIQUES CHEZ LES ENFANTS PRIS EN CHARGE A MAHAJANGA

 

Cranio-encephalic trauma in children cared for in Mahajanga

ABSTRACT

Introduction: One of the main peculiarities of childhood head trauma is that it occurs in a developing brain whose reactions to head trauma differ from those in the adult brain. The epidemiology, the pathophysiology and therefore the management of these CTs thus have certain specificities that deserve to be underlined.

Objective: To specify the epidemioclinical characteristics of children with traumatic brain injury and to plan their care.

Methods: This is a retrospective, descriptive, single-center study of children with cranial trauma from 0 to 15 years of age over a 12month period from July 2017 to June 2018 at Mahajanga PZAGA Hospital.

Results: During this period, we collected 75 traumatized head children with an average age of 6.3 years with an extreme of 1 month to 15 years, and a ratio of 1.5 in favor of the male sex. The age groups of less than 2 years and 5 to 10 years are the most affected. AVP were the main causes (68%). According to the Glasgow score, 72% were mild head trauma. Mortality was zero among benign head trauma, 1.3% among moderate, and 2.7% among severe. Conclusion: Head trauma has the reputation of being benign, but can lead to death and severe sequelae in the event of severe head trauma. Parental education on road and domestic safety is essential for prevention.

Key words: traffic accident, child, brain scan, head trauma

Download the magazine: 13.TRAUMATISMES CRANIO-ENCEPHALIQUES CHEZ LES ENFANTS PRIS EN CHARGE A MAHAJANGA

Traumatismes cranio-encéphaliques chez les enfants pris en charge à Mahajanga