Ramarolahy AR1, Randrianirina HH*2, Rasamimanana NG3, Rakotoambinina B4, Rajaonera AT5

  1. Service de réanimation médicale et de toxicologie CHUJRA Antananarivo.
  2. Service réanimation chirurgicale CHU PZaGa Mahajanga.
  3. Service des urgences et soins intensifs CHU PZaGa Mahajanga.
  4. Faculté de Médecine, université d’Antananarivo.
  5. Service de réanimation chirurgicale CHUJRA Antananarivo

* Auteur correspondant : RANDRIANIRINA Hery Henintsoa
Email: raherihenintsoa@yahoo.fr

RESUME

Introduction : L’hyperthermie maligne est une maladie rare mais gravissime, elle est due à une anomalie génétique conduisant à des accidents per anesthésiques. La confirmation diagnostique doit être immédiate et précoce afin d’initier une prise en charge en urgence. A travers ce premier cas rapporté à Madagascar, notre objectif est de décrire ses éléments diagnostiques ainsi que sa prise en charge tout en surmontant les difficultés thérapeutiques en cas d’indisponibilité du dantrolène.

Observation : Nous rapportons le cas d’un nourrisson de 5 mois, présentant une crise d’hyperthermie maligne au cours d’une cure chirurgicale d’un méningocèle bregmatique ; hospitalisé au service de réanimation du Centre Hospitalier Universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona. Cliniquement, il a présenté une hyperthermie avec tachycardie, un spasme des masséters, une hypertonicité des membres supérieurs et inférieurs puis secondairement généralisée. Biologiquement, nous avons décelé une élévation du taux de la kaliémie avec une élévation du taux de la créatine phosphokinase. Le traitement de la crise s’est basé sur l’arrêt de l’administration de l’halothane avec remplacement du circuit anesthésique suivi d’une injection de myorelaxant et d’antipyrétique tout en surveillant les paramètres clinicobiologiques.

Conclusion : En cas d’indisponibilité du dantrolène, qui reste le moyen thérapeutique de première ligne dans la gestion d’une hyperthermie maligne, l’administration d’un myorelaxant type benzodiazépine constitue une alternative intéressante et adaptée dans notre contexte.

Mots-clés : dantrolène, halothane, hyperthermie maligne

Télécharger le détail de la revue: 5. Un cas d’hyperthermie maligne per opératoire chez un nourrisson.pdf

A case of intraoperative malignant hyperthermia in an infant

ABSTRACT

Introduction : Malignant hyperthermia is a rare but very serious disease, it is due to a genetic abnormality leading to per anesthesia accidents. The diagnostic confirmation must be immediate and early in order to initiate emergency management. Through this first case reported in Madagascar, our goal is to describe the elements of diagnosis and the management of this disease while overcoming the therapeutic difficulties in case the Dantrolene is not available.

Observation : We report the case of a 5 months old infant with malignant hyperthermia attack during a surgical treatment for a bregmatic meningocele. He was hospitalized in the intensive care unit of Joseph Ravoahangy Andrianavalona university hospital. Clinically, he presented hyperthermia with tachycardia, masseter spasm, hypertonicity of the upper and lower limbs and then secondarily generalized. Biologically, we detected an increase in the level of serum potassium with an increase in the level of creatine phosphokinase. The treatment of the crisis was based on stopping the administration of halothane with replacement of the anesthetic circuit; followed by an injection of muscle relaxant and antipyretic while monitoring the clinical-biological parameters.

Conclusion : In case the Dantrolene is not available, which remains the first line therapeutic means in the management of a malignant hyperthermia, the administration of a muscle relaxant such as benzodiazepine constitutes an alternative adapted to our context.

Keywords: Dantrolene, halothane, malignant hyperthermia

Download the magazine’s details : 5. A case of intraoperative malignant hyperthermia in an infant.pdf

Un cas d’hyperthermie maligne per opératoire chez un nourrisson
Étiqueté avec :